Quartier Presqu'île de Deauville

Maîtrise d'ouvrage : Ville de Deauville
Coût des travaux : 13 M € HT
Superficie : 6,3 ha
Équipe : Arpentère avec Artelia Nantes et Caen

La réalisation des espaces publics de la presqu'île de la Touques est un premier acte du projet adopté par la ville en 2004. L'aménagement d'ensemble redonne une ambition qualitative au quartier de la presqu'île qui se reconnecte au centre et s'irrigue de liaisons douces.
Lorsque nous avons commencé à travailler, nous  sommes entrés dans la démarche d'ensemble du projet urbain en retenant deux principes.

  • Tout d’abord nous avons voulu poser un projet calme pour les espaces publics en respect de la valeur patrimoniale du site. Ceci se traduit par une sélection de matériaux et de végétaux sobres et naturels.
  • L’autre élément fort du projet est le parc paysager le long du fleuve Touques. Nous nous sommes attachés à étendre son emprise jusqu’au pied des façades, à simplifier son dessin. Cette belle promenade, qui se dédouble en deux cheminements - un parcours « grand site » et un sentier de découverte du milieu en bordure du fleuve jusqu’à l‘estuaire - est un maillon de la promenade côtière de Deauville.

La priorité est donnée aux circulations douces et aux continuités. La palette végétale distribue quant-à elle 25 essences d’arbres et d’arbustes, plus de 50 plantes vivaces et couvre-sols auxquels sont ajoutés, selon les saisons, des semis de prairies fleuries et des vivaces dans le parc paysager des berges de la Touques. Cette palette cohérente associe des variétés adaptées au milieu de bord de mer à d’autres essences pour constituer des micro-milieux propices à la bi odiversité en particulier dans le parc de la Touques. Les arbres sont conservés dans leur majeure partie, les structures végétales maintenues, à l’image des alignements de peupliers.

La promenade des Rives : le ton est donné par les plantations d'espèces végétales indigènes de bord de mer. La promenade longe la Touques et offre une vue sur Trouville.
Ailleurs dans le quartier, le traitement des rues (sols, candélabres..) reprend l’esprit des autres rues Deauvillaises. Sur le Quai de la Touques, nouveau lieu actif qui accueille commerces et restauration, les anciens pavés sont remis à jour et forment un long tapis le long du bassin à flot.
Le choix du candélabre montre bien cette volonté de faire appel à des éléments pré-existants sur le site : il s’agit d’un mât début 20ème, présent à Deauville, témoin du passé industriel de la presqu’île et que nous avons redessiné pour l'occasion .

La nouvelle passerelle mobile du bassin à flot est un ouvrage symétrique qui s’inscrit entre les deux futures tours du port de Deauville. Destinée au passage des piétons et cyclistes qui rejoindront le centre-ville depuis les nouveaux quartiers de la presqu’île, la passerelle se lèvera et s’abaissera au rythme des marées et du passage des bateaux.
Le dessin de l’ouvrage met en scène sa structure, deux caissons d’acier sculptés suivant deux mouvements : ils s’ouvrent, se biaisent au contact des quais et ils plongent vers le milieu de la passerelle jusqu’à s’effacer sous le tablier. Au milieu de l’ouvrage, le tablier s’élargit, il invite à observer le port. L’ensemble est en acier, le tablier est recouvert d’une résine de teinte pierre qui se fondra avec la couleur des pavés de grès du quai. Les aciers seront nervurés suivant le sens de l’ouvrage. Le garde-corps est constitué d’une main courante de bois et d'une maille d’acier inox.

Les quais de la gare et de la marine : Le large quai de la gare (15m sur 300m) est entièrement libéré du stationnement afin de s'ouvrir aux promeneurs et aux terrasses. Confortable pour tous, son tapis de pavé est bien jointoyé et des bancs ponctuent le linéaire. Son pendant, le quai de la Marine, permet quant-à lui le stationnement entre un double mail de frênes rouges.

Esplanade : Un large tapis de pavé lisse et clair forme de grandes marches. Elles permettent de se rapprocher du rivage et de s'assoire face à l'eau.

Le jardin des douanes : vaste tapis vert. Mise en valeur du bâtiment des Douanes qui devient un hôtel, conservation des grands peupliers du bassin.

Les places (place de l'Horloge, place Neuve, jardin des Douanes, place des Marins) : Les places et jardins introduisent des espaces verts et conviviaux dans la composition d’ensemble. Ces nouveaux lieux de convergence ont tous leurs particularités, leurs atmosphères contrastées selon leurs environnements ou leurs rôles.